Covid 19 : la continuité des approvisionnements et livraisons gaz est assurée. Plus d'infos sur notre page dédiée.

Economies d'énergie à la maison

Les dépenses de chauffage représentent un poste important dans le budget des ménages. Également confrontés à des problématiques d’isolation thermique, un certain nombre d’entre eux se trouve même en situation de précarité énergétique. Quelles actions entreprendre pour réaliser des économies d'énergie à la maison ?


D’un côté, le chauffage est un poste important dans le budget des ménages. Il représente près de 60 % de la consommation d’énergie dans l’habitat selon l’Ademe. 

De l’autre, la précarité énergétique est un enjeu majeur. En France, 3 millions de ménages modestes consacrent plus de 8 % de leurs revenus à se chauffer. Plus d’un sur dix (15 %) affirme avoir froid l’hiver.

En savoir plus : Les dépenses énergétiques du chauffage dans un foyer

Toujours selon l’Ademe, près des trois quarts (74 %) des ménages ayant réalisé des rénovations énergétiques  performantes voient le montant de leur facture d’énergie baisser drastiquement. Les économies d’énergie sont donc incontournables et permettent un réel retour sur investissement.

En savoir plus : Comment calculer le retour sur investissement d'une énergie ?

Des gestes les plus simples aux opérations plus complexes, les économies d’énergie peuvent recouvrir une réalité assez variée. Panorama.

Des équipements adaptés pour des économies d'énergie

Choisir des équipements moins gourmands en énergie permet de maîtriser le coût d’usage de ses appareils domestiques. Pour identifier les appareils électroniques et électroménagers peu énergivores, vous pouvez notamment vous référer à l’étiquette-énergie

L’étiquette-énergie

Cette fiche propose au consommateur une classification de A+++ à G, associée à une échelle de couleur (de vert foncé à rouge). Un produit classé A+++ (en vert foncé) est considéré comme très performant. L’objectif de l’étiquette-énergie est de faciliter la comparaison des produits entre eux au sein d’une même catégorie. Elle contient également d’autres informations, telles que le nom du fournisseur ou la marque du produit, ainsi que la consommation d’énergie annuelle.

Lors de l’achat d’un nouvel équipement, vous pouvez en profiter pour vous renseigner sur les technologies appropriées. Si vous avez besoin de remplacer votre ancienne chaudière gaz, vous pouvez ainsi vous orienter vers un générateur de chaleur performant tel que la chaudière gaz à condensation.

Au-delà des appareils, les consommables doivent faire l’objet d’une attention particulière. Vous pouvez par exemple remplacer vos anciennes ampoules par des ampoules LED, plus performantes. Pour réduire votre consommation d’électricité, vous pouvez opter pour des prises électriques programmables. 

Les bons réflexes à la maison pour des économies d'énergie

La technologie ne fait pas tout. Il est aussi possible d’optimiser sa consommation à travers des gestes simples pour réaliser des économies d'énergie.

Commencez par adapter la température de votre habitation, en faisant un usage modéré de la climatisation en été et en utilisant raisonnablement le chauffage en hiver. Vous pouvez notamment  baisser la température la nuit, ou bien différencier la température entre pièces de vie et pièces peu occupées. Autre astuce, vous pouvez baisser le chauffage en cas d'absence temporaire. 

En savoir plus : Les bons gestes pour réduire ma facture de chauffage

Quelle température à la maison ?

Selon l’Ademe, diminuer de 1 °C la température de consigne d’une installation de chauffage permet de réduire la consommation annuelle de 5 à 10 %. L’organisme recommande une température de 17 °C dans les chambres. La température idéale monte à 22 °C dans la salle de bain, lorsqu’on l’utilise. Elle s’échelonne entre 19 et 21 °C dans les différentes pièces de vie comme le salon ou la salle à manger.

Pensez à surveiller votre consommation d’eau chaude. Par exemple, il n’est pas conseillé de laisser fonctionner un ballon d'eau chaude en période d'absence prolongée. Il est aussi préférable d’utiliser l’eau froide lorsque c’est possible. Par exemple, pour laver les fruits et légumes. Au moment de régler la température de l'eau chaude, vous pouvez sélectionner une température oscillant entre 55 C et 60 °C. Afin de limiter votre consommation d’eau, vous pouvez installer des mousseurs ou des réducteurs de débits sur les robinets.

Parmi les bons réflexes à adopter, il est également recommandé de se passer de ses appareils domestiques lorsqu’on le peut. Vous pouvez notamment éteindre vos appareils en veille, utiliser le programme « Eco » de votre lave-linge ou lave-vaisselle, ou bien encore faire sécher votre linge à l’air libre. 

De façon générale, consommer de manière raisonnée et limiter le suréquipement sont deux très bons moyens de réaliser des économies d’énergie à la maison.

Optimiser l’aménagement de son intérieur pour économiser l’énergie

Isolation du logement pour favoriser les économies d'énergie

L’isolation de sa maison ou de son appartement joue un rôle prépondérant en matière de confort thermique. Les travaux d’isolation sont également synonymes d’économies d’énergie, permettant à la fois de :

  • Réduire les déperditions de chaleur à travers les parois en hiver
  • Faire barrière à la chaleur extérieure en été

Dans une maison, d’où viennent les pertes de chaleur ?

L’Ademe a mené une étude afin de déterminer d’où venaient principalement les pertes de chaleur dans l’habitat. En fondant son analyse sur un logement d’avant 1974 non isolé, l’agence a pu établir que 25 à 30 % des fuites venaient du toit. 20 à 25 % viennent des murs, 10 à 15 % des fenêtres, et 7 à 10 % des planches. Les autres points faibles dans l’isolation sont les cheminées et les ponts thermiques, c’est-à-dire les ruptures dans l’isolation. 

Parmi les travaux d’isolation les plus efficaces, l’Ademe met en avant :

L’isolation des combles et de la toiture

Ces travaux d’isolation sont ceux qui présentent le potentiel d’économies d’énergie le plus important. Différents types d’isolants peuvent être utilisés, notamment les laines minérales (de verre ou de roche), les isolants biosourcés (fibres de bois, de laine de mouton…) ou les isolants en plastique alvéolaire. 

Lorsque les combles sont inoccupés en tout ou partie, il est recommandé de les isoler du logement chauffé. 

L’isolation des murs

L’isolation peut se faire par l’intérieur, afin d’éviter de modifier l’aspect extérieur de la maison et limiter le coût. Cette technique repose sur l’utilisation de panneaux isolants qui sont collés ou vissés sur le mur à isoler. Il est également possible de recourir à des matériaux spécifiques qui sont projetés sur le mur. L’isolation par l’intérieur peut cependant conduire à réduire la surface habitable et générer certaines contraintes, telles qu’une gêne à l’ouverture des fenêtres. 

Afin de pallier ces difficultés, il est possible d’opter pour l’isolation des murs par l’extérieur. Plus coûteuse mais aussi plus efficace, l’isolation par l’extérieur peut se faire au moyen de panneaux enduits, d’un bardage ou d’un enduit isolant.

L’isolation des planchers

L’isolant peut être posé sur la face inférieure du plancher (isolation par le bas) ou sur sa face supérieure (isolation par le haut). En cas d’isolation par le haut, il est indispensable de prévoir un revêtement. 

L’isolation des parois vitrées

L’isolation des fenêtres passe par la pose d’un double voire d’un triple vitrage. Elle passe aussi par la pose de volets ou de protections solaires extérieures. Volets à enrouler, lamelles, stores de véranda ou de terrasse : les protections solaires améliorent le confort thermique tout en permettant une certaine modularité. En fonction des heures de la journée, en été comme en hiver, vous pourrez ajuster les apports de chaleur par le soleil.

Isolation de la maison : les points de vigilance

Lors de vos travaux d’isolation, il est important d’assurer une bonne ventilation de l’habitation, d’éviter l’humidité et de garantir l’étanchéité à l’air. Enfin, il est indispensable de limiter les ponts thermiques en traitant ce qu’on appelle les zones de faiblesse : jonctions entre la toiture et les murs, frontière entre le balcon et le mur, etc.

Choisir son énergie pour économiser

Bien choisir son énergie fait partie intégrante d’une démarche d’économies d’énergie. 

Vous pouvez notamment vous tourner vers une énergie compatible avec des équipements à haute performance, tels que les chaudières gaz basse température ou à condensation. 

En complément, vous pouvez également choisir de produire votre propre électricité grâce à des panneaux solaires ou une éolienne domestique, par exemple. Attention seulement à l’intermittence de ces solutions énergétiques renouvelables : s'il vous manque la source d'énergie pendant trop longtemps (pas de soleil, pas de vent), vous pourriez rapidement vous retrouver sans énergie. Pensez au mix énergétique dans votre maison !

En savoir plus : Comment calculer le retour sur investissement d'une énergie ?

En savoir plus : Pourquoi changer d'énergie alors que tout fonctionne ?

Économie d'énergie : penser aux victoires rapides 

Avant d’aller plus loin, pensez aux "petits gestes" qui permettent d’expérimenter et d’observer des résultats concrets. 

Entre autres exemples, vous pouvez acheter quelques petits équipements simples qui vous aideront à mieux maîtriser votre consommation d’énergie à la maison (thermomètre, prise électrique programmable, etc.). 

Vous pouvez aussi calorifuger votre ballon d’eau chaude ou protéger vos tuyaux et canalisations. Afin de limiter les apports d’air froid, notamment l’hiver, vous pouvez isoler les coffres de volets roulants et fermer les cheminées inutilisées. Pensez également à supprimer les entrées d’air froid sous les portes.

Se faire aider pour réaliser des économies d’énergie dans sa maison

Pour réaliser vos économies d’énergie, vous avez la possibilité de vous faire accompagner. Différentes réseaux, associations et professionnels peuvent vous aider à identifier les travaux prioritaires ou vous repérer parmi les différentes aides :

  • Pour obtenir des informations sur les économies d’énergie, vous pouvez notamment consulter le site internet de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). L’Ademe a également publié plusieurs guides susceptibles de vous éclairer sur les travaux à réaliser en priorité, les gains énergétiques que vous pouvez espérer et les matériaux et équipements les plus performants.
  • Les conseillers du réseau FAIRE (Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique), le service public dédié à l’efficacité énergétique, peuvent vous guider gratuitement dans vos démarches. Vous avez notamment la possibilité de réaliser un bilan de votre consommation énergétique. Le site internet recense également des conseils pour effectuer les travaux les plus adaptés dans sa maison ou son appartement.
  • La mention RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) est un repère incontournable pour trouver un professionnel du secteur du bâtiment et des énergies renouvelables compétent. Recourir à des professionnels RGE est souvent une condition incontournable pour bénéficier de certaines aides financières. Pour localiser des entreprises RGE, vous pouvez notamment consulter le site de Renovation-info-service.gouv.fr.
  • Pour obtenir des informations sur la nature des différentes aides (prêts, aides de l’Anah, certificats d’économies d’énergie, avantages fiscaux liés aux travaux, etc.), vous pouvez notamment vous rendre sur la page dédiée aux propriétaires sur le site internet de l’Agence nationale pour l'information sur le logement (ANIL).

En réalisant les travaux adéquats et en demandant les aides financières auxquelles vous avez droit, vous limitez le coût d’investissement et préservez votre budget global.

En savoir plus : Comment faire en sorte que mon budget énergie n'impacte pas mon budget global ?

Maintenant, vous savez (presque) tout sur les économies d’énergie dans l’habitat. Consommer mieux et moins d’énergie dans sa maison ou son appartement est à la portée de tous. A vous de jouer !