Le biopropane

une nouvelle énergie renouvelable

Si le propane classique est déjà une énergie performante et plus propre que d’autres énergies fossiles, le biopropane est toujours aussi performant et encore plus propre. Il est un gaz propane obtenu à partir de l’hydrotraitement de graisses animales et d’huiles végétales, des matières premières issues de la biomasse.

Le biopropane c'est quoi ?

Le biopropane chez Primagaz

Le biopropane

Un nouveau gaz renouvelable

Produit à partir de déchets industriels recyclés et d’huiles végétales, le biopropane est un nouveau gaz renouvelable dont les émissions sont faibles et les performances énergétiques identiques au propane.
 
La molécule de biopropane est similaire à celle du propane standard, il peut donc être introduit dans les circuits de distribution existants sans différence pour les utilisateurs.
 
Enregistré dans la Base Carbone® par l’Ademe en décembre 2017, son facteur d’émission est de seulement 60 grammes de CO2 eq par kWh, soit une réduction de ses émissions de 78% par rapport aux énergies fossiles de référence.

Produit seulement à partir de sources 100% renouvelables 

  • 68% de déchets industriels recyclés

  • 32% d'huiles végétales

  • 100% des composants renouvelables

Une énergie multi-marchés

Energie multimarché pour toutes les générations

Accélérer la transition énergétique des territoires

Pour nos clients, partout en France, nous apportons une énergie renouvelable, pour un usage sans discontinuité. 

Le biopropane est une énergie qui permet à chacun de contribuer à réduire son impact environnemental. Primagaz rend concrète la transition énergétique pour chacun de ses clients, qu'il soit :

  • Bailleur social,
  • Constructeur de maison individuelle,
  • Collectivité territoriale,
  • Développeur immobilier,
  • Industriel,
  • Agriculteur,
  • Automobiliste,
  • Transporteur,
  • Consommateur particulier.

Notre but premier est d'apporter cette énergie faiblement émissive au cœur des 27 000 communes non raccordées à un réseau de gaz naturel. Ainsi, nous participons à la préservation de la qualité de l’air de tous les territoires.

En tant qu’énergéticien, nous avons une responsabilité et un rôle clé à jouer. Le biopropane est l'un des piliers de notre trajectoire d'entreprise Primagaz Next. Contribuons au bien-vivre des nouvelles générations !

En savoir plus sur Primagaz Next

Découvrez l'infographie explicative sur le biopropane

Production, empreinte carbone et calculs des émissions, comparaison par rapport à d'autres énergies... Vous saurez tout sur le biopropane !

Questions fréquentes

Par hydrotraitement (dit HVO), un procédé qui transforme une gamme très variée de matières premières renouvelables.
Pour Primagaz : 68 % du recyclage de déchets industriels (huiles de cuisson, graisses animales) et à 32 % d’huiles végétales (palme, colza).
Pendant la fabrication, les matières premières subissent une série de traitements et sont mélangées à de l’hydrogène dans un processus appelé « hydrogénolyse », qui sépare et purifie leur contenu énergétique. Le biopropane est un coproduit de ce process, s’il n’est pas valorisé, il est perdu.
La seule différence est dans le procédé de production : le biopropane est issu de la biomasse, d’où le préfixe « bio ». 
Sa structure moléculaire est identique à celle du propane classique. Le biopropane peut s’y substituer complétement car il s’agit du même produit. 
Aucune modification n’est à apporter aux équipements de la maison ou de la voiture, pour notre client c’est transparent.
Pour les usages, il s’agit exactement des mêmes que pour le propane standard : cuisiner, se chauffer, produire de l’eau chaude, se déplacer, servir les process industriels, etc. 
Le biopropane émet 78% de CO2 de moins que le GPL traditionnel, énergie déjà faiblement émissive puisqu’elle émet 20% de CO2 de moins que le fioul, selon les études de l’Ademe.Comparé à l’électricité utilisée pour se chauffer, le biopropane émet même 46% de CO2 de moins.
Par ailleurs, le GPL, et donc le biopropane, émettent très peu de particules fines, ou de Nox, considérées comme responsables de la pollution atmosphérique dans les villes et du développement des gênes respiratoires.