Magazine Ma terre, mon énergie
Retour au sommaire

Pro Lecture : 3 min

Industrie : comment le propane permet de réduire son bilan carbone

La réduction de son bilan carbone grâce au propane, c'est possible pour l'industrie !
Réduire l’impact carbone tout en réalisant des économies, telle est la promesse du propane aux industriels. Interview de Vincent Chabrolle, directeur des ventes BtoB chez Primagaz.
Quels arguments jouent en faveur du propane par rapport aux autres énergies fossiles ? 

Vincent Chabrolle - Une entreprise qui bascule d’un équipement reposant sur le fioul vers un équipement fonctionnant avec le gaz propane peut s’attendre à une réduction de ses émissions de Co2 pouvant atteindre jusqu’à 27%. Si à leurs débuts propane et butane étaient issus des déchets de raffinage du pétrole, aujourd’hui, 75% du propane dans le monde est issu de champs gaziers. C’est la plus propre des énergies fossiles, les émissions de particules sont quasiment nulles, c’est un produit qui n’émet que de l’eau et un peu de Co2, mais dans des proportions bien moindres que le fioul par exemple. 

L’utilisation du gaz propane peut-elle aussi permettre de réaliser des économies ? 

V.C. C’est en effet l’une des raisons pour lesquelles les industriels se tournent vers le gaz aujourd’hui. Bon nombre de nos clients veulent économiser sur leurs factures d’énergie. D’une part, il est bien connu que les chaufferies ou productions de vapeur au gaz ont un rendement bien meilleur que toute autre chaudière. En outre, des installations concernant la récupération d’énergie peuvent permettre d’abaisser davantage la consommation.

D’autre part, la particularité de Primagaz est de faire partie du groupe SHV Energy, qui possède une filiale de trading chargée d’acheter du gaz sur différents marchés pour en assurer la stabilité du prix à la revente. Cela signifie que nos clients peuvent avoir une stabilité et une visibilité et de leurs tarifs pouvant atteindre deux années. C’est un avantage certain par rapport au fioul dont le prix est plus sujet aux fluctuations des cours du pétrole. 

De quels secteurs industriels vos clients sont issus ?

V.C. Nos clients sont des exploitations agricoles, des groupes agro-alimentaires, des usines, ou encore des professionnels de l’hôtellerie. Nous distribuons déjà chaque année 100.000 tonnes de gaz propane auprès d’industries françaises et poursuivons un rythme de croissance de l’ordre de 10% chaque année.

Quelles sont les démarches pour une entreprise qui veut faire la bascule ?

V.C. Notre démarche avec les entreprises industrielles est globale. Nous nous appuyons sur des partenaires, comme des bureaux d’études, pour les accompagner durant les différentes phases du projet qui peut, dans certains cas, prendre plusieurs années entre le moment où le projet est signé et son aboutissement final. Ce que nous leur proposons, c’est d’identifier les leviers d’optimisation énergétiques et d’agir dessus.

Généralement, les projets débutent par une phase d’étude des process et des besoins de nos clients en production de chaleur, puis par une analyse des alternatives possibles, jusqu’à l’évaluation globale du projet en passant par l’identification des aides dont ils peuvent bénéficier pour le financier. Nous pouvons en effet en obtenir grâce aux Certificats d’Economie d’Energie (CEE) qui peuvent atteindre jusqu’à 20% de la facture globale du projet. 

Primagaz s’engage aussi en faveur du Biopropane, qu’est-ce que cette nouvelle alternative apporte de plus sur le plan écologique ? 

V.C. Passer du fioul au gaz propane n’est qu’une première étape pour, à terme, passer au biogaz. Le biopropane, produit à partir de déchets industriels ou encore d’huiles végétales, est en effet la prochaine étape. Il permet de réduire jusqu’à 78% des émissions de Co2 par rapport aux énergies fossiles de référence comme le propane. Pour l’heure, nous sommes les seuls à le commercialiser et cela depuis un an. Nous avons l’ambition d’avancer dans le sens du biopropane, et sommes en train de sécuriser un volume important pour pouvoir l’offrir à l’ensemble de nos clients et prospects souhaitant réduire très sensiblement leurs émissions de CO2, voire atteindre la neutralité carbone.