Magazine Ma Terre
Mon énergie
Retour au sommaire

Conso Lecture : 4 min

Zéro carbone, fin du fioul… Les Français donnent leur avis sur la transition énergétique.

Zéro carbone, fin du fioul… Les Français donnent leur avis sur la transition énergétique.

Dans une étude exclusive Ifop-Primagaz, les Français donnent leur avis sur les grands objectifs écologiques. Et les nouvelles sont plutôt surprenantes…

Et si c’était possible ? Alors que l’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi Énergie et Climat, un sondage exclusif de l’Ifop pour Primagaz montre que les Français semblent, pour une fois, en phase avec les objectifs écologiques du gouvernement.

Pour commencer, d’après cette enquête réalisée du 28 mai au 3 juin auprès de 2006 personnes, 40% des Français jugent que l’objectif de division par six de nos émissions de CO2 entre 1990 et 2050 pourra être atteint. Si les « non » restent majoritaires, il faut d’abord souligner qu’ils ne sont que 14% à se déclarer « certains » que le gouvernement échouera, le reste (46% de « probablement ») ne demandant qu’à se laisser convaincre. Dans un pays où la population est traditionnellement sceptique face aux grands projets politiques (baisse du chômage, baisse du déficit), cet optimisme est de bon augure.

Deuxième bonne nouvelle, les Français sont très largement favorables (74%) à la disparition du chauffage au fioul d’ici à 10 ans, objectif annoncé par le premier Ministre Édouard Philippe en personne fin 2018. Mieux, même parmi les utilisateurs de fioul, ils sont 50% à s’y déclarer favorable.

Les entreprises doivent prendre leurs responsabilités

Un chiffre qui s’explique notamment par la faible satisfaction des usagers du fioul. Selon une autre enquête Ifop-Primagaz réalisée auprès de 5509 personnes habitants dans les communes rurales, il s’agit de l’énergie la moins « choisie » : 64% des foyers au fioul disent l’avoir adopté parce que le logement était déjà équipé à l’achat, contre 52% pour l’électricité, et 49% pour le GPL.

Ensuite, elle recueille également les plus mauvaises notes à l’usage (confort global, sécurité, facilité d’utilisation, stockage, entretien), y compris quand ce n’est pas justifié comme sur le prix. Alors que le fioul reste bien moins cher que l’électricité, celle-ci est perçue comme plus avantageuse, preuve supplémentaire de la bonne image dont elle jouit en France.

Dernier grand enseignement de ces études, les Français attendent des entreprises qu’elles prennent leur responsabilité pour accompagner la société dans cette transition énergétique. Quand on leur demande qui doit jouer le rôle décisif, ils placent l’État en tête à 35%, mais aussi les citoyens eux-mêmes à 18% et les entreprises à 12%.

Pédagogie des énergies renouvelables

« Il y a une vraie prise de conscience des entreprises, 35% sont favorables à faire évoluer leur mix énergétique, déclare Matthieu Lassalle, PDG de Primagaz. Elles peuvent être prescriptrices, pour faire évoluer les comportements et introduire des innovations. »

Une initiative qui a pris la forme du biopropane en ce qui concerne Primagaz. En 2018, l’entreprise a été la première à introduire en France ce gaz d’origine 100% renouvelable, à base d’huiles industrielles recyclées et d’huiles végétales. Sur l’ensemble de son cycle de vie, de la production à la combustion, cela lui permet d’émettre 60 grammes de CO2 par équivalent kWh, contre 329 grammes pour le fioul, selon la Base Carbone de l’Ademe, organisme public qui fait autorité en la matière.

Mais là encore, Primagaz, comme tous les acteurs des énergies renouvelables, ne sont pas au bout de leurs efforts. Encore 36% des Français n’ont jamais entendu parler du biogaz. Un argument supplémentaire, s’il en fallait, pour redoubler les efforts de pédagogie à l’intention du grand public. Une démarche d’autant plus nécessaire que les Français ne demandent qu’à être convaincus, comme l’a prouvé cette étude.