Magazine Ma Terre
Mon énergie
Retour au sommaire

Conso Lecture : 4 min 03/06/2019

La carte des 53 campings les mieux notés (et leurs secrets pour rester au top)

Vue d'un mobile home bleu et blanc avec terrasse en bois et jardin fleuri

Le camping a bien changé en quelques années. La bonne vieille tente au confort tout relatif ? Remisée aux oubliettes. Le camping d’aujourd’hui rivalise avec les meilleurs hôtels. Explications.

Ces 53 camping sont les mieux notés de France, tous cinq étoiles selon Tripadvisor, site touristique de référence. Ils ont en commun l’excellence de leurs prestations et l’excellence du service clients. Ils sont, surtout, l’image même de ce qu’est devenu le camping aujourd’hui. A savoir, loin de l’image d’Epinal du champ de tentes installé à la va-vite, quelque chose qui se rapproche bien plus du club de vacances, où tout est fait pour choyer le client.



On compte en France, selon la Fédération de l’hôtellerie de plein-air (FNHPA), un tout petit peu moins de 8000 établissements. Signe du profond bouleversement qui frappe le secteur, on en dénombrait, toujours selon la FNHPA, 1000 de plus il y a dix ans. Mais qu’on n’aille surtout pas déduire de cette baisse une quelconque crise : durant cette même décennie, le nombre de nuitées passées en campings a grimpé de 20% pour atteindre 124 millions en 2018, et 22 millions de clients, pour 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, si l’on en croit cette fois la Fédération des campeurs, caravaniers et camping-caristes (FFCC).

+25% de fréquentation pour les campings 4 ou 5 étoiles

Moins mais mieux, en somme. « Le camping est à la mode, analyse Baptiste Bouilliat, responsable grands comptes pour Primagaz. Et il l’est d’autant plus qu’il propose aujourd’hui des installations très qualitatives, parfois dignes d’un très bel hôtel, avec des espaces agréables, sécurisés et conviviaux, qui plaisent énormément. » Le camping est un marché porteur. Il l’est même de plus en plus, et a simplement évolué vers davantage de confort et de services. Qu’on en juge avec le camping Yelloh ! Village Le Port de Plaisance, à Bénodet (Finistère), présent dans notre liste des 53 sur Tripadvisor, qui propose à ses clients :  une piscine couverte de 1000 m², un parc aquatique extérieur avec lagon, pataugeoire et toboggans, un parcours accro-branches ou encore un spa avec soins hammam et sauna.

C’est ainsi que, sur les 7937 campings de France, offrant en tout près de 900 000 emplacements, 18% sont classés 4 ou 5 étoiles, et ce sont ces établissements les mieux notés qui s’avèrent les plus dynamiques : une croissance de 25% de leur fréquentation pendant la saison 2017, note la FNHPA. Ces derniers disposent aujourd’hui d’un tiers de la capacité totale d’accueil. Ils représentent la moitié de la fréquentation annuelle du secteur.

Et s’ils sont si demandés, il y a bien une raison. D’abord, ces étoiles, déterminées par des organismes indépendants et agréés, suivant l’arrêté gouvernemental du 6 juillet 2010, sont gage de qualité.  A ne pas confondre avec celles attribuées par Tripadvisor, uniquement basées sur les notes des internautes. Elles sont attribuées, pour cinq ans, avec plus de 200 points de contrôle passés au crible.

C’est ainsi l’assurance d’être bien accueilli, avec une permanence présente 24h/24. C’est l’assurance, aussi, de ne pas se marcher sur les pieds, puisque la densité d’occupation fait partie des critères pris en compte. Ou celle, encore, de pouvoir accéder à Internet, via le Wi-fi, à une aire de jeux pour les enfants, un espace baignade, ou encore des sanitaires avec cabines individuelles, un point épicerie ou un espace restauration-bar. Bref, plus le camping a d’étoiles, plus on aura de chance d’en avoir aussi dans les yeux.

D’après la FNHPA trois critères principaux poussent à choisir le camping :

- le rapport qualité/prix (57%)

- la proximité avec la nature (23%)

- la convivialité des lieux (21%)

Le mobil-home, nouvelle star des campings

Le tout avec une notion de confort bien plus importante qu’autrefois. C’est ainsi qu’aux Cabanes du Jardin de Pierre, à Pléhédel, dans les Côtes d’Armor, le concept a beau être celui, comme son nom le laisse suggérer, de loger dans des cabanes nichées dans les arbres, c’est sans rien déroger aux règles du « grand luxe » : lit ultra douillet « king size », mobilier à la pointe, avec chaises longues confortables et point d’eau et chauffage de haute qualité.

Pour autant, ces cabanes restent exceptionnelles. Un sondage réalisé par Camping Qualité en 2016 indique en effet que 38% des locations se font via des mobil-homes, quand la bonne vieille tente fait de moins en moins recette, avec plus que 16% des locations. Et encore : c’est là une moyenne générale. Dans les établissements les plus huppés, cette proportion dédiée aux mobil-homes grimpe en flèche. Le camping Les Biches, classé 5 étoiles à Saint-Hilaire-de-Riez, en Vendée, affiche ainsi un taux de 87% de mobil-homes, avec 380 des 435 emplacements proposés, indique Ouest-France. Et à La Bouquerie, sur la commune de Saint-Geniès, en Dordogne, un autre des 53 campings cinq étoiles de Tripadvisor, l’espace dédié aux mobil-hommes occupe pas moins de 9 hectares et propose une qualité de service « comme à la maison » avec chambres, salles-de-bains et même terrasse privatives pour qui veut. Ou comment, en somme, le camping d’aujourd’hui se doit d’être le plus douillet possible.

Mais, ceci posé, avec un prix moyen de 1414 € la location d’une semaine en mobil-home dans un 5 étoiles, contre 500 € dans un établissement 1 étoile, comme le dévoile la FFCC, autant dire que les premiers cités doivent être à la hauteur des attentes suscitées. Que l’on se rassure : ils le sont, sinon leur succès ne serait pas au rendez-vous, année après année.

Tout pour le confort

Et s’ils le sont, c’est que tout est fait pour. Prenez l’eau chaude, le chauffage, tous ces éléments de confort, certes de base, mais qui ne vont pas forcément de soi quand un camping est installé hors des zones habitées et desservies par le gaz naturel par exemple. « Autrefois, les campings remédiaient à cela en proposant des bouteilles de propane à leurs clients mais, de plus en plus, et pour le confort de tous, nous allons vers des solutions en réseau, indique Baptiste Bouilliat, responsable grands comptes pour Primagaz. Nous installons des citernes, enterrées les plus souvent, ou sinon hors sol, pour offrir tout le confort nécessaire aux campings. Le tout, évidemment, dans le plus strict respect des normes de sécurité, et avec des systèmes de veille pour être certain que les cuves ne soient jamais vides. »

Ainsi, c’est l’assurance de ne jamais manquer d’eau chaude ou de chauffage. C’est tout bête mais le jour où cela vous arrive, avec l’eau de la douche qui devient subitement glaciale, cela a de quoi vous faire passer le plaisir du camping. Mais cela, c’est le camping d’hier. Celui d’aujourd’hui veille au grain pour que cela ne se reproduise plus jamais.

Le camping vert, tout le monde y gagne !

De même que l’agri-tourisme (les vacances à la ferme) a le vent en poupe, le camping « vert » séduit de plus en plus. « Le tourisme de nature devient un vrai identifiant », soulignait début mai 2019 François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire dont les campings ont connu une hausse de 2% de leur fréquentation.

Le développement durable est maintenant au centre des préoccupations de nombreux hôtes, qui proposent une gamme « éco-camping » ou encore « camping à la ferme ». Tentes en sous-bois, pommes de douche avec minuteur incorporé, composts… nombreux sont les lieux à faire le pari du camping « vert ». Comme cet établissement au sud de Rennes, entièrement piétonnier, où les emplacements sont séparés par des haies fruitières, et qui propose un traitement des eaux usées par les plantes (phytoépuration). Sans forcément aller jusque-là, presque tous les campings proposent désormait une « charte éco-responsable » pour s’engager en faveur de la protection de l’environnement.

Les vacanciers aussi, doivent prendre les bons réflexes : consommation locale, crèmes solaires naturelles, tri des déchets figurent parmi les gestes recommandés. Et pourquoi pas opter pour des « assiettes comestibles » ?