Magazine Ma Terre
Mon énergie
Retour au sommaire

Conso Lecture : 3 min 18/03/2019

Biopropane : d'où vient ce gaz vert 5 fois plus propre que le fioul ?

Biopropane : d'où vient ce gaz vert 5 fois plus propre que le fioul ?
Ce nouveau gaz issu de la biomasse présente de réels bénéfices environnementaux. Explications.

Aucune émission de particules fines et de faibles émissions de gaz à effet de serre (GES) : les performances environnementales du biopropane, lancé en France en mars 2018 par Primagaz, le positionnent d’ores et déjà comme une énergie de choix pour mener la transition énergétique. Chez nos voisins belges, le débat s’impose déjà dans l’actualité.

Ce nouveau biogaz, combustible et carburant, affiche en effet une empreinte carbone bien inférieure aux énergies auxquelles il peut se substituer, comme le fioul ou d’autres gaz. En effet, il émet 60 grammes de CO2e par kWh sur l’ensemble de son cycle de vie, selon la Base Carbone® de l'Ademe, où il a été enregistré en décembre 2017. C’est 80% de moins que le fioul. 

Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce nouveau gaz qui veut changer la donne environnementale et énergétique.

Pourquoi dit-on de ce gaz qu’il est « bio » ?

La qualification de « bio » tient à son processus de fabrication. Ce gaz renouvelable affiche une composition identique au propane, à la grande différence qu’il est entièrement « biosourcé ». C’est-à-dire qu’il est réalisé à 100% à partir d’intrants d’origine naturelle.

Concrètement, il est obtenu uniquement à partir de déchets recyclés et de matières organiques d’origines végétale ou animale : 68% de déchets recyclés tels que huiles de cuisson et graisses animales, et 32% d’huiles végétales (palme, colza), toutes issues de filières certifiées durables. 

Comment produire du gaz sans énergies fossiles ?

Une fois conditionnées, ces huiles sont hydrotraitées, c’est-à-dire portées à haute température, sous haute pression d’hydrogène et en présence de catalyseurs, un procédé nommé HVO (hydrotreated vegetal oil) par les pros. C’est ce procédé qui est actuellement à l’origine de la production du gaz.

Mieux, les recherches en cours visent à réduire davantage encore les émissions de GES dans les années à venir. « Le biopropane est un gaz entièrement naturel, et si sa production émet encore de faibles émissions de CO2, cela s’explique tout simplement par le fait que nous prenons en compte l’ensemble de son cycle de vie, décrypte Walter Delage, responsable du développement durable de Primagaz. Nous tenons compte du cycle de vie complet : de la culture de la plante à l’origine de l’huile jusqu’au transport et à la distribution ensuite nécessaire… »

 

Quels sont les usages du biopropane ?

Pour les particuliers comme les professionnels, le biopropane peut d’ores et déjà répondre à la plupart des usages quotidiens : il peut être utilisé comme carburant et comme combustible. Dans le transport, Primagaz injecte 8% de biopropane dans le GPL distribué en France par Avia (1700 stations-services équipées). Il est 100% compatible avec les moteurs GPL existants. 

Concernant l’habitat, le biopropane, constitué de molécules identiques à celles du propane, peut notamment être utilisé dans les systèmes de chauffage ou d’eau chaude sanitaire déjà existants, sans besoin ni de les adapter, ni de les changer. Un atout précieux pour la transition énergétique, dans un secteur qui en a bien besoin.

Le bâtiment reste en effet le plus gros consommateur d'énergie en France, avec 44% de la consommation énergétique nationale, loin devant le transport (31,3%). Il est directement responsable de 25% des émissions de GES.

Un constat qui va mener à une nouvelle réglementation environnementale, en 2020. Son objectif : que les logements construits, d’abord, et rénovés, au fil du temps, soient à la fois à faible empreinte carbone et performants sur le plan énergétique. 

« Le biopropane se révèlerait être une solution renouvelable extrêmement pertinente dans le cadre de cette démarche, confie Walter Delage. Non seulement il peut contribuer à la réduction des émissions carbone, mais aussi parce que, dans les éco-quartiers qui vont se construire, nous pourrions imaginer créer des filières d’économie circulaire par exemple. » 

Primagaz a déjà noué des partenariats avec Maisons France Confort, le premier constructeur de maison neuve individuelle en France, et la Sagim, un bailleur social. Et un éco-quartier lyonnais, encore en cours de construction, sera lui aussi alimenté en biopropane avant la fin de l’année.