Magazine Ma Terre
Mon énergie
Retour au sommaire

Conso Lecture : 4 min 12/11/2019

Biogaz, solaire, éolien... 6 solutions pour une énergie plus verte

Biogaz, solaire, hydraulique... 6 solutions pour une énergie plus verte

Pour atteindre l’objectif d’une France neutre en carbone d’ici 2050, notre pays doit s’appuyer sur un mix énergétique : miser sur la diversification et s’appuyer sur les énergies vertes disponibles.

Parmi les gestes éco-citoyens à mettre en oeuvre, la nécessité d’adopter un « mix énergétique » pour atteindre l’objectif d’une France neutre en carbone d’ici 2050, fait de plus en plus l’unanimité. Le principe ? Miser sur la diversification et s’appuyer sur les 6 énergies vertes (comme le biogaz ou l’énergie solaire par exemple, qui proviennent de phénomènes naturels cycliques inépuisables) pour s’adapter aux contraintes propres à chacune. Tour d’horizon.

L’énergie solaire

Temples du soleil, la Chine, le Japon et les Etats-Unis composent le trio de tête de la production d’énergie solaire dans le monde. La France pointe en 8e position, avec 3 régions logiquement leaders : Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et PACA. L’avantage de cette source verte : elle peut-être produite de façon industrielle dans d’immenses centrales thermiques installées en plein désert, comme individuellement par des particuliers qui installent des panneaux photovoltaïques sur leur toit. L’aléa météo rend cependant difficile l’autosuffisance. Mais la France parvient à produire plus de 9 TWh par an – l’équivalent d’une centrale nucléaire – avec encore d’importantes marges de progression.

La biomasse

Le biogaz est l’une des sources vertes les plus prometteuses. Mais aussi l’une des plus anciennes connues : dès la préhistoire, bois, végétaux, déchets agricoles et ordures ménagères organiques étaient brûlés pour produire de la chaleur. Aujourd’hui, ces matières peuvent être traitées dans des centrales biomasse pour fabriquer du biogaz issu de leur fermentation. Le biopropane – biogaz distribué par Primagaz – se compose de déchets industriels (huiles de cuisson, graisses animales) et d'huiles végétales d’origine agricole, issues de filières certifiées respectueuses de l'environnement, 100% renouvelable, il dispose des mêmes qualités que le propane classique mais rejette 78% de CO2 en moins dans l’atmosphère* ! Autre avantage : le biopropane s’adapte sans aucun changement à toutes les installations existantes, chaudières à gaz comme voitures GPL. Il est également disponible en bouteille. En constante augmentation, la part de la biomasse atteint désormais 2% de la consommation française.

L’énergie éolienne

Brasser de l’air et produire de l’énergie : une promesse tenue par l’éolien. Dès 15 km/h de vent, les éoliennes se mettent en marche. Elles s’arrêtent par sécurité au-delà de 90 km/h. Il faut 4 à 6 éoliennes pour couvrir les besoins d’une ville de 12 000 habitants. Technologie mature, il s’agit d’une des énergies vertes les plus utilisées dans le monde. Et si les éoliennes fleurissent dans les campagnes, leur prochain terrain de jeu pourrait bien être maritime : une éolienne installée en pleine mer sera deux fois plus puissante que sa cousine terrestre, grâce à la meilleure régularité des vents.

L’énergie hydraulique

La France compte plus de 2 300 barrages, de tailles et de puissances variées. Il s’agit de la 3e source d’électricité dans l’hexagone et de la 1ère source renouvelable. En moyenne, la production s’élève à 60 TWh par an, en fonction de la pluviométrie : en s’écoulant, les volumes accumulés dans les retenues d’eau – naturelles ou artificielles – actionnent les turbines des barrages et des centrales hydroélectriques. Avec son relief montagneux, la région Auvergne – Rhône-Alpes, s’impose comme la première région française pour la filière.

L’énergie géothermique

Voyage au centre de la terre avec cette énergie verte et très chaude. Plus on se rapproche du noyau magmatique terrestre, plus la température des roches augmente : en moyenne, 1°C tous les 30 mètres. Mais dans certaines zones volcaniques, la hausse atteint 100°C tous les 100 mètres ! L’idée est donc d’exploiter cette chaleur naturelle et de l’acheminer vers la surface, pour être transformée en électricité. En France, seule la Guadeloupe dispose d’une usine géothermique. Mais plusieurs sont à l’étude en Alsace, en Martinique et à la Réunion. Les particuliers peuvent aussi s’équiper de pompes à chaleur qui exploitent les calories du proche sous-sol afin de chauffer leur domicile.

Les énergies marines

Pas besoin d’aller 20 000 lieues sous les mers pour exploiter l’énergie marine. L’eau recouvre 70% de la surface terrestre et offre plusieurs exploitations possibles :

  • les marées : en montant et en descendant, la mer actionne des turbines. En France, l’usine marémotrice sur la Rance en Bretagne alimente en électricité l’équivalent d’une ville comme Rennes.
  • les courants marins : même principe que les éoliennes, mais immergées dans des sites traversés par de forts courants. Grâce à la densité de l’eau, l’installation reste très compacte.
  • le thermique : exploiter les températures de l’eau, qui varient selon les profondeurs.

*Base Carbone Ademe, [novembre 2019] : sur la base du cycle de vie d’un biopropane issu d’un mix représentatif de biomasse