Magazine Ma Terre
Mon énergie
Retour au sommaire

Conso Lecture : 4 min

6 indices visibles à l’œil nu pour savoir s’il faut rénover votre logement

Isolation : 6 indices visibles à l’œil nu pour savoir s’il faut rénover votre logement
Un logement mal isolé est un logement inconfortable et plus onéreux.

En moyenne, 70% de la consommation énergétique est avalée par le chauffage de l’habitat. Problème : les défauts d’isolation peuvent tout à la fois engendrer un inconfort et une hausse de sa facture énergétique. Pour déceler les problèmes d’isolation qui justifient une rénovation énergétique, voici des conseils de pros pour identifier les failles à l’œil nu.

1 - L’humidité s’installe sur les murs

L’indice le plus visible et le plus inquiétant est la présence de moisissures sur tout ou partie de la paroi. « La présence de moisissure s’explique par un problème de condensation régulière, provoquée par une mauvaise isolation du mur », analyse Martin Guer, Chef de projet Dispositif REX Bâtiments performants de l'Agence Qualité Construction (AQC). 

Plusieurs détails peuvent fournir les premiers éléments d’explications. « Si les moisissures sont linéaires, cela signifie qu’elles suivent un pont thermique provoqué par des éléments extérieurs comme un balcon, une corniche ou un acrotère », assure l’expert. Les ponts thermiques sont des points de jonction où l’isolation n’est pas continue et qui provoquent des pertes de chaleur. « Les immeubles des années 70 et 80, avec de grands linéaires de balcons, sont plus exposés », rappelle-t-il.

Ce phénomène peut s’accompagner, parfois d’un décollement de papier peint et/ou de la peinture, fournissant une autre manifestation visible du problème d’isolation de la paroi : « La dégradation s’explique par le phénomène de condensation, et/ou les chocs qui suivent les changements de température extérieure. » 

Autre indice qui doit alerter : la sensation d’un mur froid, vérifiable en le touchant, voire simplement en s’en approchant.  

2 - De la buée apparaît régulièrement sur les vitres

En général, l’intensité de buée est beaucoup plus importante sur les simples vitrages qui, à la base, ne propose qu’une faible résistance thermique, provoquant des réactions lors des transferts thermiques qui peuvent avoir lieu entre une maison et l'extérieur (froid dehors et production de chaleur à l’intérieur). « Des points de condensation, comme de l’eau ruisselante le long du vitrage, peuvent aussi apparaître lorsque la température extérieure est trop basse », pointe Martin Guer. Ces transferts thermiques peuvent être largement limités en installant du double vitrage. 

3 - Les parois intérieures sont froides

Murs, plancher… « Si le particulier a une sensation de froid en touchant la paroi murale ou en s’en approchant, cela signifie un passage d’air important, causé par une mauvaise isolation ou un pont thermique », diagnostique l’expert de l’AQC. 

Concernant le plancher, si la sensation de froid persiste dans le temps, il peut s’agir d’un problème d’isolation de la dalle ou du plancher bas, c’est-à-dire le sol se trouvant au niveau inférieur du logement. 

4 - L’air s’infiltre en trop grande quantité par les ouvertures

Concernant les fenêtres, le simple vitrage n’offre qu’une faible résistance thermique et devient même une véritable passoire lors des changements de température marqués. 

« Là où les portes du logement sont un autre point à surveiller : un faible passage d’air n’a rien d’inquiétant. Mais un ressenti permanent d’air signifie une fuite thermique, qui provoque généralement un inconfort », observe Martin Guer. 

5 - Les radiateurs sont à fond mais le thermomètre affiche moins de 19 degrés

Le niveau de température réglementaire de 19 degrés, en France, ne doit pas être atteint au prix d’une poussée effrénée des radiateurs. D’autre part, elle doit s’accompagner du ressenti d’un certain confort. « La perception du confort est liée à plusieurs facteurs : absence de parois froides, vitesse de circulation de l’air dans le logement, le taux d’humidité… », analyse l’AQC. 

Des éléments à appuyer, si c’est possible, par une vision précise sur sa facture de production de chaleur. « Le confort étant un élément subjectif, le niveau de température et la connaissance de sa consommation au m² peut objectiver les choses », indique l’expert.

6 - La neige a fondu sur le toit, et rien que sur le toit

Après une bonne chute de neige, surveillez si elle fond ou non à toute vitesse sur votre toit, et comparez avec celui de vos voisins. Si la toiture est déjà apparente chez vous alors que les maisons du quartier sont encore bien enneigées, c’est que vos combles sont mal isolés. Il vaut mieux y remédier : la toiture est la principale source de déperdition de chaleur dans un logement mal isolé.