Magazine Ma Terre
Mon énergie
Retour au sommaire

Actu Lecture : 2 min 03/06/2019

Zen 2050 : Le plan climat des grandes entreprises pour une France « zéro carbone »

Vue d'une façade d'immeuble entièrement végétalisée
« Entreprises pour l’environnement », qui regroupe une quarantaine de grands groupes français, propose des solutions pour atteindre l’objectif de « zéro émission nette » d’ici 2050.
Et si la France était capable d’absorber tous les gaz à effet de serre qu’elle émet ? C’est l’objectif à l’horizon 2050 fixé par le gouvernement, et calculé par le GIEC (le Groupe d'experts intergouvernemental chargé de suivre l'évolution du climat) pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C dans le monde. Et l’association Entreprises pour l’environnement (EpE) a une bonne nouvelle : c’est réalisable.

Cette fois, ce ne sont pas des chercheurs ou les pouvoir publics qui fixent le cap, mais 27 entreprises privées membres d’EpE, qui regroupe au total une quarantaine de grands groupes français et internationaux issus de tous les secteurs de l’économie. Parmi elles, Engie, Renault, Primagaz, Renault, Saint-Gobain, Total…

Entreprise pour l’Environnement, associé à des chercheurs et entreprises membres, a réalisé une étude visant à dresser les conditions pour arriver à une France « Zen » (Zéro Emission Nette). Révélés le 20 mai, les résultats dressent une série de recommandations afin de faire baisser de 80% les émissions de CO2 du pays, à raison de 4 à 5% par an. Un rythme dix fois supérieur à celui de ces 25 dernières années. En parallèle de la baisse des émissions, les capacités de stockage du CO2 émis devront être doublées. Cela passe par une augmentation des surfaces forestières, mais également par les filières industrielles ou les centrales thermiques qui peuvent stocker le CO2.

300 000 emplois créés

Une véritable ambition nationale, donc, qui se traduirait notamment par la création de 300 000 emplois issus de la décarbonation de notre économie. « Primagaz s’associe pleinement à l’ambition d’une France neutre en carbone », s’enthousiasme Matthieu Lassalle, son PDG.

Une ambition qui va demander des « efforts sans précédent » prévient le groupe d’experts, qui liste 14 recommandations pour engager la transformation du pays. Des solutions concrètes existent déjà, qu’elles touchent à nos modes de vies, aux politiques engagées ou à notre usage des technologies. Une vie plus respectueuse de l’environnement, à même de véritablement combattre le réchauffement, et qui resterait « diversifiée et confortable ».

Les biogaz, une solution d’avenir

L’étude Zen 2050 d’Entreprises pour l’Environnement recommande de basculer vers des modes de transport non émetteurs, et voit dans les biogaz – produit uniquement à partir de biomasse, il émet 80% de CO2 en moins que les énergies fossiles - une alternative d’avenir, mais aussi du présent. « Depuis un an déjà, nous proposons du biopropane aux 27 000 communes françaises non desservies par le réseau de gaz naturel. Cette énergie constitue un levier déjà disponible, parmi d‘autres, pour contribuer activement à l’atteinte des objectifs du Plan Climat de la France annoncé à l’été 2017 », explique Matthieu Lassalle.

Fiscalité, politique européenne, rénovation des bâtiments ou même réorientation de la publicité pour faire évoluer les habitudes de consommation vers des modes de vie durables, sont également suggérés. Tout comme un aménagement du territoire en cohérence avec l’objectif climatique. Les villes et villages de demain devront s’adapter à ces nouveaux modes de vie, tout en gardant leur attractivité. L’éducation des jeunes générations aux enjeux climatiques est également préconisée.

Diviser par 5 les émissions à effet de serre devra s’accompagner d’une augmentation « à un rythme modéré » de la surface des forêts françaises (40 000 hectares par an) tout en développant l’agro-foresterie ou la plantation de haies afin d’absorber les émissions de CO2. Le gaz carbonique pourrait être stocké dans les bassins aquitain et parisien, indique EpE, tout comme être exporté à l’étranger, dans des filières en Norvège par exemple. Enfin, le CO2 capté peut être recyclé dans des produits manufacturés ou de construction.

Un programme ambitieux et crédible, qui laisse place aux actes !

Ø Voir l’étude complète et les 14 recommandations d’Entreprises pour l’Environnement