Magazine Ma Terre
Mon énergie
Retour au sommaire

Actu Lecture : 4 min 11/09/2019

Qualité de l'air : connaissez-vous le village où l'on respire le mieux ?

Une femme de profil dans un pré, respirant à pleins poumons, bras tendus en arrière

Savez-vous si l’air que vous respirez est sain ? La qualité de l’air préoccupe de plus en plus les Français. Mais comment améliorer la qualité de l’air, et savoir où l’air est le meilleur ?

Si vous vous préoccupez de savoir ce qui rentre dans vos poumons à chaque inspiration, vous faites partie des très nombreuses personnes qui s’inquiètent de la qualité de l’air. C’est même l’un des premiers soucis concernant les enjeux de transition écologique et énergétique en France, selon le dernier sondage de l’Ademe sur le sujet. L’occasion de faire le point sur le sujet dans le cadre de la journée nationale de la qualité de l’air en France.

Faut-il vraiment s’en inquiéter ?

Tous les jours, un adulte inspire et expire entre 10 000 et 20 000 litres d’air. Mais cet air n’est pas constitué que d’oxygène et d’azote… Il y a aussi environ 1% d’impuretés. Ces impuretés sont des éléments chimiques, biologiques, ou même physiques, qui possèdent diverses origines : elles peuvent provenir de l’activité humaine (les gaz d’échappement de voitures, des usines, le chauffage au fioul des habitations, etc…) ou de la nature (l’érosion de sols, les éruptions volcaniques, le sable du Sahara…). Inhalées par les humains, toutes ces impuretés peuvent avoir un impact sur la santé. Soit à court terme, comme abîmer les voies respiratoires, ou à plus long terme, en provoquant des pathologies chroniques.

Mesurer la pollution

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini des quantités limites de ces impuretés dans l’air, au-delà desquelles celui-ci pourrait être nuisible pour la santé. C’est principalement le cas pour les PM2,5 (2,5 millième de millimètre) et PM1 (1 millième de millimètre). Selon le gouvernement« en France, malgré une tendance à l’amélioration de la qualité de l’air au cours des vingt dernières années, les valeurs limites ne sont toujours pas respectées dans plusieurs zones. ». Plusieurs projets tentent ainsi de mesurer et de prévoir la qualité de l’air, en analysant les prévisions météorologiques, les activités humaines et en mesurant la qualité de l’air avec de nombreux capteurs répartis sur le territoire. C’est le cas de la carte Prevair, système mis en place en 2003 afin de diffuser quotidiennement des prévisions et des cartographies de qualité de l’air. 

Une capture écran de PREV'AIR : une application qui permet de cartographier et de donner des prévisions sur la qualité de l'air en France

Le « coin » de France le moins pollué

C’est avec ce type de mesure permanente, qu’en 2016, le petit village de Roisey, dans le département de la Loire, s’est vu décerner par l’OMS le prix de la ville la moins polluée de France (sur un total de 315 communes).

« Nous sommes une commune très rurale. Nous n’avons pas d’axe de circulation proche, ni d’industrie,explique Josette Verney, la maire du village de 900 habitants contactée par Ma Terre, Mon Énergie. La seule pollution pourrait venir des arboriculteurs mais ils sont très sensibilisés sur le sujet et font très attention. »Si la qualité de l’air n’a jamais été une préoccupation particulière, tous les habitants savaient qu’ils vivaient dans un endroit où l’air était sain. C’est aussi ce qu’ils apprécient dans le village. « Les retombées presse post « titre » ont fait que nous avons été très sollicités, mais Roisey n’a pas de commerce en dehors de l’auberge. Nous n’avons eu que quelques curieux », s’amuse-t-elle. Et maintenant ? Depuis 2016, le capteur de mesure de la qualité de l’air planté dans la commune, a été relocalisé. « Depuis la fusion des régions, ils ont décidé de diviser par deux le nombre de capteurs, et ont donc souhaité le déplacer », explique la maire. Résultat, il devrait être installé dans une autre commune, plus au Sud, à Fay-sur-Lignon, en Haute-Loire qui pourrait bien à l’avenir battre le record de qualité de l’air. « Ils sont encore plus protégés que nous. Nous sommes encore proches de la vallée du Rhône, mais Fay, eux, ils sont au milieu des arbres… »décrit-elle. Ce village sera-t-il le prochain bout de terre officiel le moins pollué de France ?