Covid 19 : la continuité des approvisionnements et livraisons gaz est assurée. Plus d'infos sur notre page dédiée.

Energies renouvelables : biogaz, solaire et éolien

Comparer le biopropane et les énergies solaire et éolienne

Eolien, solaire ou biopropane ?

Comme le solaire ou l’éolien, le biopropane est une énergie renouvelable. Ce gaz vert est produit à partir de matières recyclées et offre le même pouvoir de chauffe que le propane classique. Quels avantages propose-t-il par rapport à des installations de panneaux solaires ou d'éoliennes domestiques ?

Le biopropane (ou propane HVO) est produit à partir de sources d’origine renouvelable telles que des huiles recyclées et des huiles végétales. Il se distingue ainsi du propane classique qui a une origine fossile.

On peut comparer le biopropane avec d'autres énergies renouvelables, telles que :

  • Le solaire photovoltaïque, qui permet de convertir l’énergie lumineuse du soleil afin de produire chaleur ou électricité. Le solaire photovoltaïque se décline en plusieurs technologies. L’Ademe distingue notamment entre "les applications pour résidences individuelles (puissance nominale inférieure ou égale à 9 kW) ; les applications sur bâtiments collectifs (puissance nominale de 9 kW à 100 kW) ; les applications sur bâtiments tertiaires et industriels (puissance nominale de 100 kW à 250 kW)".
  • L’éolien, qui connaît depuis quelques années un fort développement industriel. Il existe ainsi trois types d’éoliennes : les éoliennes en mer flottantes, les éoliennes en mer posées et les éoliennes terrestres. Ces dernières peuvent être de taille plus ou moins importantes. Certaines éoliennes terrestres (le "petit éolien") sont accessibles aux particuliers. La catégorie du petit éolien se décompose en plusieurs types de machines : le micro-éolien, le petit éolien et le moyen éolien.

Qu'est-ce qui différencie ces trois énergies renouvelables (biopropane, éolien, solaire photovoltaïque) ? Que faut-il savoir à leur sujet en tant que particulier ?

Quels sont les atouts du biogaz de Primagaz face au solaire ?

Pour produire de l’électricité solaire, vous pouvez installer des panneaux solaires sur le toit de votre maison. Il est nécessaire de disposer d’une surface suffisante, estimée à 10 à 30 m² au moins par l’Ademe. Les modules photovoltaïques peuvent être intégrés ou non à la structure du bâtiment.

Afin de stocker l’électricité solaire et si vous êtes dans l’impossibilité de l’injecter dans le réseau, sachez que vous pouvez compléter votre installation par des batteries. Cependant, l’Ademe rappelle dans un guide que "les batteries restent onéreuses et peuvent doubler le coût d’une installation photovoltaïque de petite puissance". Même si cet investissement peut permettre d’éviter de recourir à l’électricité du réseau la nuit ou en période de faible éclairement, son intérêt sur le plan économique est donc à nuancer.

Bon à savoir : si vous avez l’intention de revendre l’intégralité de l’énergie produite par votre installation, vous devez disposer d’un compteur distinct.

Les périodes de faible éclairement, de même qu’un ensemble de phénomènes externes (températures, salissures…), peuvent avoir un impact sur la production électrique d’un panneau solaire.

Même s’il permet d’autoproduire tout ou partie de l’électricité consommée, le solaire photovoltaïque présente un retour sur investissement variable selon les installations. En cause, un coût d’acquisition plus ou moins élevé ainsi qu’un ensemble de frais annexes (notamment pour le raccordement).

Le choix du matériel et du professionnel chargé de l’installation est particulièrement important. De plus, si vous installez des panneaux solaires directement sur le sol, vous devez demander une autorisation d'urbanisme qui dépend :

  • De la hauteur de l'installation par rapport au sol
  • De sa puissance crête. Cette notion correspond à la puissance maximum délivrée par le panneau.

A l’inverse, le biopropane comporte de nombreux atouts. Il s’agit d’une énergie avec un investissement initial réduit (possibilité de louer sa citerne auprès du fournisseur… Le biopropane est une énergie disponible sans intermittence, garantissant une indépendance grâce à un stockage individuel.

Ce mode de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire se révèle très flexible (différents emplacement possibles pour la citerne…). La fiabilité des chaudières gaz (100% compatibles avec le biopropane), produits rodés et bien connus du grand public, n’est plus à démontrer. Il est par ailleurs possible de bénéficier des dernières technologies (basse température, condensation). L’étiquette-énergie permet de guider le consommateur et de repérer les modèles les plus performants.

Enfin, le biopropane séduit grâce à l’absence de nuisances et de contraintes administratives spécifiques. Il est aussi accessible partout en France, sans condition, à la différence du biogaz en réseau.

Faut-il préférer le biopropane, biogaz renouvelable, à des éoliennes domestiques ?

Si vous êtes un particulier, vous avez la possibilité d’installer une éolienne domestique à proximité de votre habitation. L’énergie produite peut être consommée ou injectée dans le réseau contre rémunération (en cas de surplus). Elle peut aussi être stockée dans des batteries, lorsque la maison est isolée.

Les éoliennes pour particuliers peuvent comporter certains inconvénients

D’abord, il s’agit d’une énergie variable même si l’éolien est prévisible jusqu’à trois jours à l’avance grâce aux bulletins météorologiques.

Ensuite, l’éolien présente des contraintes en termes d’implantation. Les possibilités d’installation d’une éolienne domestique sont limitées pour les citadins. Quant aux habitants des zones rurales, même s’ils disposent de l’espace extérieur nécessaire, ils doivent veiller à l’absence d’obstacles naturels tels que les arbres ou les haies hautes. De plus, les propriétaires d’éoliennes peuvent faire face à des réactions négatives de la part du voisinage (réclamations liées à une éventuelle pollution sonore ou visuelle).

Des contraintes administratives sont également à prévoir, notamment la demande de permis de construire pour des éoliennes de plus de 12 mètres de haut.

L’éolien peut par ailleurs présenter un certaine complexité technique. D’une part, il existe une très grande variété de machines et de technologies. D’autre part, toutes les machines ne sont pas toutes matures sur le plan technologique. Néanmoins, de nombreux progrès ont été accompli ces dernières années et les technologies deviennent de plus en plus efficientes.

Enfin, le budget est non négligeable si vous envisagez d’investir dans l’éolien. Comptez entre 7 000 et 25 000€ pour l’acquisition d’une éolienne domestique.

Le biopropane est une énergie verte qui se montre plus avantageuse financièrement lorsqu’on considère le coût d’investissement de l'installation (citerne et chaudière gaz). Il suppose également moins de contraintes (caractéristiques de votre habitation et de ses abords, autorisation d’urbanisme…) et est disponible en continu.

Biogaz, éolien, solaire : trois énergies renouvelables

Si le biopropane s’oppose à l’éolien et au solaire sur un certain nombre de points, ces trois énergies ont pourtant des points communs. Elles ont en effet pour point commun d’être des énergies plus propres et renouvelables.

Selon l’Ademe, le solaire photovoltaïque "permet d’offrir une énergie sans émissions directes de gaz à effet de serre, avec des émissions indirectes faibles". Ainsi, "plus de 85% des matériaux constituant les systèmes photovoltaïques peuvent être recyclés".

L’éolien utilise une énergie aisément accessible et abondante : le vent. Une éolienne n’émet ni CO2 ni particules pour produire de l’électricité. Les émissions de CO2 sur l’ensemble du cycle de vie d’une éolienne sont principalement liées à la fabrication et au transport (12,7g de CO2/kWh).

Le biopropane est issu d’huiles végétales hydro-traitées (HVO) et de résidus de graisse animale. Enregistré dans la Base Carbone de l’Ademe en décembre 2017, le facteur d’émission du biopropane est de seulement 60 grammes de CO2 par kWh, soit une réduction de 78% par rapport au propane fossile dont le facteur d’émission est de 270g/kWh.

Finalement, le choix entre ces trois énergies va avant tout dépendre de vos attentes et habitudes. Si vous souhaitez limiter l’impact visuel, par exemple, vous opterez peut-être pour le biopropane en citerne qui se fait plus discret, à travers la possibilité de dissimuler le stockage derrière une haie ou un décor végétal. Vous pourrez aussi opter pour une citerne enterrée, aussi dite "enfouie" qui permet de rendre l'installation encore plus discrète. 

N'oubliez pas, le mix énergétique est aussi possible : ces trois énergies ne sont pas incompatibles ! Si vous optez par exemple pour le solaire, le biopropane peut être l'énergie biogaz en relève, dans les périodes où il est difficile de compter sur vos panneaux solaires.

D'autres articles sur le comparatif entre biopropane et les autres énergies renouvelables